Et si on profitait du voyage ?

Imaginez.

Vous allez partir pour un voyage. Vous ne connaissez pas le trajet, ni la destination et encore moins la durée.

Pour ce voyage, on vous impose un véhicule. Vous ne pouvez pas le choisir. Ni le modifier. Ni l’échanger.

Avec ce véhicule, vous devrez aller au bout de ce voyage.

Durant votre voyage, vous allez voir des paysages différents. Certains magnifiques, d’autres moins beaux. Vous verrez des choses belles et d’autres moins belles. Vous ferez des rencontres. Belles et moins belles.

 

Et tous ces paysages, toutes ces choses, toutes ces rencontres vous enrichiront et vous apporteront de l’énergie pour continuer votre voyage.

 

 

 

Imaginez.

Dès les premiers temps de votre voyage, vous trouvez que le véhicule qu’on vous a attribué ne vous convient pas. Parce qu’il est trop petit, ou trop grand, ou pas assez puissant, ou pas pratique…

Lorsque vous traverserez ce premier paysage magnifique, vous ne le verrez pas. Parce que vous serez occupé à critiquer votre véhicule.

Lorsque la route se transformera en chemin caillouteux, vous ne ralentirez pas. Parce que vous serez occupé à pester contre votre véhicule. Et ce chemin caillouteux sera encore plus difficile à traverser.

Lorsque vous ferez des rencontres, vous ne les apprécierez pas. Parce que vous serez occupé à détester votre véhicule…

Et tout occupé que vous êtes à détester votre véhicule, vous le malmenez. Parce que vous lui en voulez d’être tel qu’il est…

 

Imaginez maintenant...

Dès les premiers temps de votre voyage, vous trouvez que le véhicule qu’on vous a attribué ne vous convient pas. Parce qu’il est trop petit, ou trop grand, ou pas assez puissant, ou pas pratique.

Mais c’est votre véhicule. Et même si vous auriez préféré un break plutôt qu’un 2 roues, une berline plutôt qu’une camionnette, un vélo de course plutôt qu’un VTT, c’est votre véhicule. Et vous ne pouvez pas le changer.

Alors vous choisissez.

Vous choisissez de voir ce paysage, de ralentir pour traverser ce chemin caillouteux et d’apprécier les rencontres.

Vous choisissez de profiter de ce voyage. Parce que même si le véhicule ne vous convient pas, le voyage est le même et mérite qu’on l’apprécie.

 

Notre corps est le véhicule qui nous a été attribué pour faire le voyage de notre vie.

Il sera toujours trop grand, ou trop petit, ou trop gros, ou pas assez puissant, ou trop maigre, ou pas assez ferme…

 

 

Nous pouvons choisir.

Choisir de profiter de notre voyage en prenant soin de notre véhicule ou choisir de malmener notre véhicule parce que nous lui en voulons et passer à côté du voyage.

Karine Creyx

Diététicienne nutritionniste

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    LEFEUVRE (lundi, 18 juin 2018 06:39)

    Beau texte , très bien écris pour une prise de conscience " ne pas passer à côté du voyage" en souhaitant qu'il ne soit jamais trop tard!