On a goûté pour vous : les plats cuisinés industriels - 1ère partie

S’il y a bien quelque chose qui revient fréquemment en consultation c’est le thème de la « cuisine ».

Par « cuisine », j’entends l’acte de cuisiner pas la pièce (pour ça on vous renvoit sur http://www.ikea.com)…

« Pas le temps de cuisiner », « pas envie », « pas le courage », « pas le talent »…

Bref… Certaines personnes n’ont pas envie de cuisiner.

Mais ont envie de s’alimenter quand même (bah oui sinon ça devient compliqué…)

Alors ? On leur dit quoi ?

« Ah mais non ! Il FAUT cuisiner ! C’est obligatoire si vous voulez vraiment prendre soin de vous et avoir une alimentation équilibrée ! »

Hmmm… Pas très ouvert tout ça… Et pas sûr que ça convienne à tout le monde cette réponse…

On entend aussi souvent dire que les plats industriels sont trop gras, trop salés…

Mais quelle est la part de vérité dans tout ça ?

Dans notre grand souci de pouvoir aider nos patients à faire le meilleur choix pour eux, nous avons décidé une fois de plus de prendre les choses en main et de tester les plats cuisinés des grandes surfaces.

Pour la 1ère phase de notre test nous avons investi dans le hachis parmentier…

 

Les objectifs de ce test

  • comparer les valeurs nutritionnelles de différents plats entre eux et avec du « fait-maison »
  • apprécier les qualités organoleptiques des différents plats (sachant que pour ces critères, les avis émis seront obligatoirement subjectifs)
  • en aucun cas il ne s’agit de tester la qualité des ingrédients utilisés par les industriels. Loin de nous l’idée de nous prendre pour des journalistes de « Cash investigation » !

 

La méthodologie 

  • sélection d’un panel de consommateurs : 3 membres chez NDS, donc 3 familles « testeuses » pour lesquelles les âges vont de 4 ans à beaucoup plus vieux… En tout,  pas moins de 18 testeurs ! A remarquer que les testeurs n’ont pas l’habitude de manger ce genre de choses mais plutôt des plats « faits-maison ». Ils sont donc forcément influencés par ce qu’ils mangent au quotidien (de là à dire que chez les diets de NDS on mange super bien, il n’y a qu’un pas que nous allons allègrement franchir !)
  • achat d’un grand nombre de hachis parmentier en grandes surfaces (surgelés ou au rayon frais). En gros, on a testé tout ce qu’on trouvait dans le supermarché de quartier…
  • test à l’aveugle (enfin pas trop aveugle quand même sinon on ne peut pas juger du visuel…)
  • digestion (parfois difficile selon les plats et les personnes)
  • remplissage d’un tableau reprenant d’une manière tout à fait exhaustive tous les points qui nous paraissaient importants.
  • écriture de l’article

Bref… Une méthodologie digne d’un vrai article scientifique !

 

Les produits testés

Les tarifs

Comme c’est mieux de comparer ce qui est comparable, on ramène ici le prix de vente à un prix aux 100g.

Ils vont de 0,35 € (Marie Hachis parmentier 4 parts) à 1,18 € (Marie Hachis individuel). Etonnamment, ce n’est pas moins cher de faire le hachis soi-même si on ne prend pas des parts individuelles (0,43€).

 

Les quantités par part

Elles varient entre 250g (Marie 1kg pour 4 frais et surgelé, Picard 1kg pour 3 ou 4) et 400g (Picard individuel) (pour celle-ci vaut quand même mieux être un bon mangeur… ou alors prévoir pour deux repas).

 

La facilité de préparation

Bien sûr, c’est plus rapide de passer une barquette au micro-onde plutôt qu’au four traditionnel. Même les surgelés peuvent passer au MO, cependant, seul le Picard formule Express propose en 1er cette option. Pour les autres surgelés, il vous faudra patienter en plus du temps de préchauffage du four en moyenne 50 minutes avant de pouvoir déguster votre plat… A peu près le même temps que si vous le faites vous-même (sauf que bien sûr, pendant que votre plat tout prêt est dans le four, vous pouvez en profiter pour faire autre chose. Alors que quand vous épluchez vos pommes de terre, difficile de faire autre chose…)

Pour les plats frais, au MO, c’est beaucoup plus rapide : en 2min30, c’est prêt. A peine le temps de sortir les couverts et de mettre la table.

 

Les valeurs nutritionnelles

Grosse surprise ici ! Alors qu’on attendait clairement une grosse différence aux niveaux macro-nutriments, énergétique et surtout sel, et bien en fait… pas du tout !

Je vous laisse observer les résultats dans le tableau par vous-même, mais en conclusion, on trouve des hachis parmentiers industriels pas plus caloriques ni gras ni salés que le « fait-maison ». Et avec un pourcentage de viande pas forcément ridicule…

Donc à bas nos idées reçues (et bien reçues ici) sur les apports nutritionnels de ces produits industriels !

 

Les qualités organoleptiques (sauf le goût)

Hormis le packaging sur lequel de nombreux effort ont été faits (et qui pourrait presque donner envie d’acheter), il faut reconnaître que notre groupe de testeurs n’a pas été conquis par les produits. Forcément, au micro-onde, ça gratine moins bien, donc on se retrouve fréquemment avec un produit dont la surface est blanchâtre et pas forcément très appétissante… L’odeur est souvent qualifiée de « désagréable ».

Difficile de trouver des points positifs pour cette rubrique…

 

Le goût

Le terme de « pâté pour chien » revient régulièrement dans les commentaires… C’est dire à quel point la dégustation a été appréciée… Rappelons que nos testeurs ont l’habitude de consommer des produits cuisinés avec amour (même si on ne met pas en doute l’amour que M. Picard et Mme Marie mettent dans la préparation de leurs plats !)

Bref, ici aussi, difficile de trouver des points positifs.

 

Conclusion

Vous aimez cuisiner ? Vous aimez les bons petits plats ? Fuyez si c’est le cas… On est vraiment ici dans l’alimentaire. Pas de plaisir dans ces plats…

On en arriverait presque à se demander pourquoi vous lisez cet article ;) ?

Vous ne voulez pas cuisiner ? Vous n’êtes pas difficile (oui on admet que nous on l’est..) ?

Alors allez-y… Ces plats ont le mérite d’être rapides à préparer (pour ceux qui passent au micro-ondes) et plutôt équilibrés.

Et surtout, gardez toujours en tête que vous seul savez ce qui est bon pour vous ! Et si c’est bon pour vous de manger du hachis parmentier industriel alors qui sommes-nous pour prétendre le contraire ?

Karine Creyx, Eve Roudière,  Violaine Guinebertière
Diététiciennes Nutritionnistes


Écrire commentaire

Commentaires : 0